La recette Quad selon Peter Walker
Tiré du numéro 33 de la revue Son Hi-Fi Vidéo de l'année 1984
Article écrit par Pierre Bérubé



0
  «Qu'il est laid! On dirait un jouet Fisher-Price avec ses drôles de boutons. Et puis   pourquoi avoir choisi des couleurs pareilles? Gris et orange, une vrai farce!» Voi-   ci ce qu'on disait il y a quelques années du préamplificateur Quad 33. Combien   de fois ai-je pu entendre de tels propos auprès d'audiophiles qui découvraient un   produit Quad. Mais si cette marque n'est peut-être pas l'idéal pour impressionner   le voisin elle n'en demeure pas moins synonyme de qualité et la longévité de ses   appareils est devenue légendaire. Les nombreux propriétaires de Quad vous le dir-   ont. Mon collègue Pierre Marcoux en parle d'ailleurs de façon éloquente dans ce   numéro. (voir article: Qu'est-ce que la générosité sonore d'un ampli?)


  La réputation de Quad n'est donc plus à faire. Le fabricant britanique est reconnu   mondialement pour la précision technique et musicale de ses appareils. Pour com-   prendre il faut savoir que derrière Quad se cache un homme et une philisophie.   Cet homme c'est Peter Walker, le fondateur, qui dirige toujours «sa» compagnie   depuis maintenant un demi-siècle. L'enthousiasme de Pierre Marcoux pour le   Quad II à tubes de 1956 a fait resurgir en moi quelques souvenirs qu'il me reste   d'une visite instructive à la maison-mère en Angleterre. En complément donc de   la chronique de Pierre, voici les informations que j'ai recueillis sur place.


Soyons franc: Il est vrai qu'ils ont une allure sparciate ces appareils électroniques Quad avec leur gris militaire et leurs airs de calorifères! Cette esthétique «carrée» provient certainement du fait que la conception de ces équipements remonte à lépoque de la deuxième grande guerre. «The Acoustical Manufacturing Compagny» fut fondée en effet à Londres en 1936. Un bombardement allamand détruisit complètement l'usine cinq ans plus tard en 1941. Peter Walker choisit alors de reconstruire à Huntingdon, une petite localité au nord de la capitale. L'usine récemment mordernisée compte aujourd'hui 140 employés et produit un appareil toute les deux minu- tes et demi.


En 1936 Peter Walker avait vingt ans et on ne parlait pas encore de «Haute Fidélité». La petite société se concentrait sur la production d'amplificateurs destinés à la sonorisation des orchestres. Après la guerre et fort d'une solide expérience acquise, Peter Walker met au point un produit «grand public» qui suscite d'emblée l'intérêt des premiers «usagers domestiques». On les appellerait aujourd'hui des audiophiles avertis. Ce produit a pour nom de code QA12P ou si vous préférez:«Quality Amplifier with pre-amplifier, 12 watts». Le fondateur de Quad décide alors de délaisser la sonorisation de salles pour commercialiser des appareils mieux adaptaptés aux goûts audio naissants de l'époque. En 1949, au tout début de la «Hi-Fi», Peter Walker conçoit son premier haut-parleur, le Corner Ribbon. En 1951, il lance l'amplificateur Quad (Quality Unit Amplifier - Domestic). Plus de 40 ans plus tard, les origines professionnelles de Quad sont toujours présentes dans l'esprit et l'attitude qui anime la compagnie. Il suffit de constater la qualité de fabrication pour s'en rendre compte: un Quad sur dix aboutit encore en 1984 entre des mains de professionnels.


En arrivant à l'usine de Huntingdon vous avez droit à un rappel de cette petite histoire. Le vestibule, à l'entrée, est aménagé comme dans un musée miniature. On y retrouve quelques «anciens» de la famille Quad, comme le «Corner Ribbon loudspeaker» et son tweeter à ruban. L'ensemble de l'usine est d'allure résolument mod- erne. Un petit bureau détonne cependant et c'est celui du fondateur. Ici, le style vieillot règne dans un fouillis ordonné! Le mobilier de tout évidence a de l'âge mais c'est du solide. Des livres sont entassés partout. La plu- part d'entre eux ont été publiés dans les annés cinquante ou soixante, ou même avant. Au beau millieu du bu- reau encombré de paperasses il y a bien une touche de modernisme: la calculatrice électronique. On n'aurait pas été surpris d'y voir une règle à calculer! Il y règne une atmosphère de sérénité et de simplicité. Seuls les trophés et les prix d'excellence alignés sur une petite étagère rappellent modestement le prestige des lieux.


Quand Peter Walker prend place dans son fauteuil de direction on se rend vite compte qu'il fait intimement partie du décor. Veil homme au cheveux blancs, souriant, il inspire le calme et la sagesse, Britanique, Peter ne se départit jamais de son flegme qui sait habilement doser l'humour subtil et la modestie.


Si ce bureau correspond bien à l'homme qui est devant moi, l'environnement représente également bien l'esprit >de la compagnie. Chez Quad on a beau disposer de techniques modernes les idées appliquées viennent en général de loin et on l'admet volontiers. «Il n'y a rien de nouveau sous le soleil, me dit en substance Peter Wal- ker. Beaucoup de prétendues innovations ne sont en réalité que des applications repensées d'anciennes décou- vertes. L'essentiel est de retenir les meilleures idées et de concevoir des applications appropriées sans prétendre avoir découvert la lune!» L'oeil brillant et un sourire en coin Peter me donne un exemple. «Nous utilisions de- puis plusieurs années une technique de couplage entre une cathode et le transformateur de sortie. Sans l'avoir inventée au sans propre du terme nous l'avions retenue et améliorée considérablement. Nous avons alors eu la surprise de la voir utilisé aux États-Unis quelques années plus tard sous une forme plutôt archaique et, tenez- vous bien, sous l'étiquette prestigieuse de «Ultra-Linear...!!»


La première et la dernière des initiales de Quad définissent respectivement les mots Qualité et Domestique Ces deux mots résument parfaitement l'approche globale de la compagnie. On croit dans la qualité mais on désire rester dans les limites raisonnables de l'usage domestique. L'article de Pierre Marcoux dans ce numéro (voir article: Qu'est-ce que la générosité sonore d'un ampli?) fait justement état de cet art du compromis, un art difficile à manier avec succès mais que Quad contrôle à merveille. «Les grands manufacturiers, ajoute Peter Walker, cherchent généralement à réduire les coûts et la qualité des produits à une limite telle que la majorité des gens ne s'apercevra de rien. Nous nous cherchons davantage à atteindre des performances d'un niveau élevé pour que la majorité des gens ne puissent distinguer facilement une amélioration qui, dans l'absolu, serait très coûteuse à apporter. Le problème est donc posé à l'inverse. La nuance peut paraître subtile mais elle exerce une influence déterminante sur la réalisation du produit final».


Il faut préciser que Quad s'adresse à une clientèle particulière. «Notre clientèle, poursuit son fondateur, se recrute plutôt parmi les amateurs de musique que parmi les amateurs de prouesses technologiques. Ceux qui s'intéressent d'abord aux courbes de réponses et aux fiches techniques ne trouveront pas nos produits inté- ressants. Ils rechercheront d'abord les sons impressionnants et pas la musique. D'un autre côté, il y a les amateurs de musique qui ne sont pas vraiment intéressés à se préocuper des appareils mais qui savent tout de même distinguer une reproduction de bonne qualité. Nous travaillons d'abord pour ceux-là. Nos clients sont d'ailleurs nos meilleurs vendeurs. Ils recommandent la plupart du temps nos produits à leurs amis. Nous croyons à la vente à long terme plutôt qu'aux coups d'éclat. Ainsi, continuons-nous à offrir des services de réparation pour des appareils construits il y a plus de vingt ans!».


Cette délicatesse de Quad envers ses clients va jusqu'à éviter de publiciser les changements apportés aux produits courants de manière à ne pas indisposer les possesseurs d'appareils non «modifiés». Il faut le faire! Les changements ne sont d'ailleurs apportés que s'ils offrent un avantage réel. Disons cependant que le FM3 a vu son circuit principal modifié une quinzaine de fois!


Le seul endroit zoné «hors limites» de l'usine est, bien sur le laboratoire de recherches. On aime guère les fausses rumeurs chez Quad. Nous avons toutefois pu discuter librement de l'avenir de la haute fidélité et sur- tout de l'avènement du numérique. Pour Peter Walker l'arrivée du numérique s'est faite un peu en bousculade, pour des raisons commerciales. C'est comme dans une course où le premier arrivé emporterait le magot. Peter pense que les ingénieurs auraient préféré avoir plus de temps et peut-être même disposer d'un disque un peu plus gros. «Mais, dit-il, les ingénieurs arriverons bien tôt ou tard à consevoir quelque chose de satisfaisant pour les audiophiles. Après tout, il y a cent ans que nous suivons un sillon noir et il faudra bien que ça change un jour!». Quand à savoir, en guise de conclusion, quelle serait l'amélioration qu'il souhaiterait le plus apporter à ses appareils actuels, le fondateur de l'illustre maison m'a simplement répondu: «Il faudrait faire quelque chose à propos de tous ces fils qui traînent derrière les appareils. Ca ajoute de la confudion et en plus c'est vraiment inesthétique!...» Décidément cet homme incarne bien la passion hi-fi à travers plusieurs générations d'audio- philes.






Page Article

Page Principale